Sève de bouleau, ça commence à couler!

Pour la récolte de la sève, comme pour la cueillette des champignons, c’est la rumeur qui vous alerte!

« La sève coule chez L. « .

C’était le 19 février dernier; un peu tôt chez nous en piémont pyrénéen, non?

Mais rien de tel pour nous réveiller, rassembler le matériel, monter voir nos bouleaux et essayer…

Voici nos quelques observations de ce début de récolte 2017 qui, modestement, pourront vous encourager; car si la récolte est toujours un plaisir, la production reste capricieuse; tel bouleau généreux nous boudera quelques jours plus tard, alors que son voisin maintiendra un débit régulier…

 

LA PERCEE DE L ARBRE

1)  Choisir un bouleau bien exposé au soleil; la sève  monte par différence de pression, donc les arbres qui ont le tronc qui chauffe au soleil et les racines bien au frais sembleraient recommandables;

tout comme les périodes de beau temps hivernal, quand il gèle la nuit et qu’il fait du soleil pendant la journée.

2) Bien choisir la taille de la mèche de la perceuse; si elle est à peine un peu plus grande que votre tuyau, la sève s’écoulera le long du tronc plutôt que de remplir votre bouteille; détail qui nous semble très important!

3) Ne pas percer forcément profond; nous avons obtenu de bons résultats avec un trou de 2cm sur un bouleau moyen (diamètre 18-20 cm), alors que nous avions essayé précédemment sur un très gros (40cm) en perçant plus profond et qui ne donnait pratiquement rien!

4) Pour ce qui est du choix du calibre du tuyau; nous avons essayé trois calibres, 3, 5 et 8 mm environ;

les tout petits ne fonctionnent pas mal mais finalement produiront moins de sève que les diamètres supérieurs; ce qui semble logique!

5) Le biseautage du tuyau semble permettre la prise d’air rendant possible » l’emboutissement » d’un tuyau de diamètre égal au trou de percée.

 

 

 

 

 

 

 

MODES DE CONSERVATION DE LA SEVE

Après l’avoir bien filtrée, nous la conservons au frigo, après lui avoir ajouté une cuillère à café de jus de citron par litre; certains y mettent de l’extrait de bourgeons de cassis, d’autres la congèlent.

Si vraiment vous avez beaucoup plus de sève que vos besoins le réclament, vous pouvez en faire une agréable

Boisson pétillante légèrement acidulée:

« Champagne de bouleau » à 36 euros chez certains distributeurs de Grands Crus !

En voici la recette, pour 5 litres de sève:

500 g de sucre

2 citrons bio, coupés en morceaux

1 poignée de raisins secs (bio car ils contiennent des levures naturelles)

10 g d’acide tartrique (facultatif; c’est un stabilisateur de fermentation, pas facile à trouver)

2 cuillères à soupe de gingembre frais râpé .

 

Mettre le tout à fermenter dans un grand récipient faitout inox, seau alimentaire, dame-jeanne pendant 1 semaine à température de 15 à 20°. Puis filtrer finement; mettre décanter au frais quelques jours et soutirer pour mettre en bouteilles à fermetures à canette.

Bien surveiller la fermentation qui, comme dans toutes ces fabrications familiales, peut être capricieuse.

 

Voilà nos remarques de deuxième quinzaine de février; n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.

 

 

Petites infos pédagogiques et autres

Au printemps, c’est la sève brute que nous soutirons, c’est à dire la sève montante chargée en minéraux extraits par les racines et qui circule dans les vaisseaux du bois ( le xylème);

la sève élaborée est celle qui redescend après avoir circulé à travers l’appareil foliaire, photosynthèse à l’appui; certains la récoltent et l’utilisent l’été!


au 4 mars,

nous récoltons toujours de la sève sur les 3 bouleaux percés précédemment; notre production n’est pas énorme, de 3 à 4 litres suivant les jours alors que certains voisins ont soutiré par arbre jusqu’à 5 litres par jour; mais c’est largement suffisant pour notre consommation et celle de notre entourage.


au cours de l’atelier « Vive le Printemps » du dimanche 26 mars prochain, cette pratique traditionnelle sera bien sûr au programme de la journée.

Atelier: Vive le printemps, à Milhas le dimanche 26/03/2017

 

 

  6 comments for “Sève de bouleau, ça commence à couler!

  1. anniejeanne
    16 mars 2017 at 9 h 56 min

    Philippe
    whynot19@orange.fr
    86.221.96.227

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ces explications et descriptions, très claires. Et incitatives à l’action !
    Notre corps saura nous remercier.

  2. julie24
    16 mars 2017 at 16 h 30 min

    Bonjour,
    merci pour cette recette et infos 🙂 super !!

    Je cherche sans résultat une RECETTE de LACTO-FERMENTATION pour la sève de bouleau…!!
    Les entreprises le font mais bien sûr ne divulguent pas leurs procédés… et sur le net: Rien !!

    La limonade est elle une lacto-fermentation !!!???
    serait il possible de faire lacto-fermenter sans sucre?

    Merci bien et joyeux printemps!!

    julie

  3. peggy
    20 mars 2017 at 9 h 32 min

    Bonjour,

    merci pour vos infos très pratiques, ayant eu beaucoup de sève, je vais tenter votre recette de boisson pétillante 😉

    Par contre je tente de m’abonner à votre newletter et en vain (même dans les courrier indésirables) y aurait-il une autre solution?

    Bien à vous

  4. julie11
    27 mars 2017 at 22 h 31 min

    merciii pour votre recette!

    j’ai fais une bonne récolte (merci les Beaux Bouleaux!),
    alors je fais plusieurs expérience:
    -la sève fraîche qui fermente naturellement sans aucun ajout.
    -la sève avec kéfir et son procédé habituel (figue, citron, raisins…): très plaisant.
    -et la sève LIMONADE!… alors j’ai ce matin eu une moisissure de surface (due au fruits flottants je pense), type « poudre » blanche avec bulles… hmmm apétissant! Du coup je l’ai filtrée et continue le procédé… en tous cas, au gout c’est très bon!

    3 questions pour ceux qui peuvent m’éclairer:
    -sur un autre site, ils déconseillent les bouteilles à fermetures à canette, car risque d’explosion… qu’en dites vous?
    -la limonade est elle un procédé de lactofermentation?
    -serait il possible de réduire la quantité de sucre?

    joyeux printemps 🙂 … aude à la vie!

  5. anniejeanne
    3 avril 2017 at 10 h 15 min

    La limonade est une fermentation alcoolique, qui utilise le peu de sucre présent dans la sève et aussi le sucre ajouté dans la recette et les levures présentas dans les raisins secs.
    Il doit être possible de baisser un peu la quantité de sucre;
    quant à une lacto-fermentation, je n’ai aucune piste à vous fournir

  6. anniejeanne
    4 avril 2017 at 10 h 03 min

    Pour éviter le risque d’explosion des bouteilles, il faut SURTOUT BIEN LAISSER DECANTER LE LIQUIDE AVANT DE METTRE EN BOUTEILLES !
    Il faut obtenir un liquide très clair,
    s’il y a des particules en suspension, il risque d’y avoir refermentation à l’intérieur de la bouteille.
    C’est le seul secret à ma connaissance!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *